#020 CHRISTOPHE SIÉBERT

€5.00Prix

CHRISTOPHE SIÉBERT - Porcherie Volume 1 - Recueil de nouvelles - 40 pages

Couverture : peinture de Anne Van Der Linden

 

[Extrait]

AMOUR

 

1

Longtemps je me suis demandé si j’aimais ma femme. Longtemps je me suis demandé aussi (quoique moins souvent) si ma femme m’aimait. Je crois que la question ne m’intéresse plus. Je crois que la réponse est non dans les deux cas. 

 

2

Je n’ai plus le temps. Ils vont se rendre compte de la vérité dans, quoi ? Une heure ? Deux ? J’ai intérêt à me grouiller. Pourtant je tergiverse. Dans ma tête je panique et cavale dans tous les sens alors qu’en vrai j’ai le cul sur une chaise, ne bouge pas d’un poil, transpire comme un porc. Je pue la sueur et ma chemise est moite, que faut-il faire d’abord ? Nettoyer ? Rassembler dans un sac des affaires et s’enfuir ? J’empoigne le Ricard et m’en sers un. Bien tassé. L’eau dans la carafe est tiède. Je bois la moitié du verre cul-sec. Lèvres et doigts laissent du gras sur le bord. Je repose trop vite le verre, des gouttes giclent sur la table, je les regarde briller puis se faire absorber par la nappe, je pense à ma femme, je pense à l’avenir, j’ai le souffle court.

Il faut s’en foutre. Tout laisser en chantier, embarquer quelques trucs, se barrer de suite, avant leur retour si possible. Je ne veux plus mentir, ni perdre de temps en explications laborieuses, et pas question non plus d’avoir recours encore à la violence, une fois suffit, c’est assez écœurant comme ça.

Je n’entre pas dans la salle de bain, c’est pas possible, et quand je passe devant la porte ouverte je baisse la tête. Du coin de l’œil je vois bien que la lumière est encore allumée mais je parviens à la chambre sans craquer. Je ferme derrière moi la porte de la chambre.

J’ai l’impression que l’air est moite, j’ai l’impression que du plafond coule la brume et qu’elle est là pour m’étouffer. Je me fous quelques claques pour aller mieux, tout ça c’est le mélange de la panique et du Ricard qui commence à prendre, la peur et le Ricard qui touillent mon cerveau, le transforment en mélasse, quelques baffes et ça va mieux, les joues rouges, les idées claires

    © 2016 par LES CROCS ÉLECTRIQUES

    • b-facebook
    • Instagram - Black Circle